Monétiser son application mobile : la publicité mais aussi…

Publié le: 5 avril 2013

Catégories: Mobile

Mots clés: , , , ,

Monétiser son application mobile passe par...

Monétiser son application mobile passe par…

Je suis tombé récemment sur une très bonne étude (elles sont rares pour le souligner) autour de la rentabilité des applications mobiles. Je ne vous expliquerai pas ô combien le mobile est important dans toute stratégie marketing d’entreprise et combien il représente de nouveaux services monétisables pour des éditeurs de jeux, de livres, d’applications, … Pour autant, développer une application mobile, un peu comme lancer son site commerce, nécessite de respecter quelques règles car tout les cas il y aura de nombreux préténdants sur la ligne de départ mais peu de vainqueurs à l’arrivée.

Quelques chiffres sur les applications mobiles

Si l’engouement pour les smartphones, combiné à la viralité de certaines applications, ont permis à certains éditeurs ou applications de devenir en quelques jours ou quelques semaines rentables, n’oubliez pas que la majorité des applications développées sur l’App’Store ne sont pas téléchargées et donc ne seront jamais rentables (plus de 400 000 applications disponibles qui n’auraient jamais ou été téléchargées moins d’une dizaine de fois). Le marché des applications mobiles rentre totalement dans le phénomène de Longue Traîne bien connu désormais sur Internet.

Toujours pour continuer dans les chiffres, le Play Store de Android et App’Store de Apple possèdent à peu près le même nombre d’applications disponibles i.e 800 000 laissant loin derrière Microsoft qui en compterait à peine 100 000. Il faut dire que les priorités des développeurs de rendre telle ou telle application disponible sur les différentes plateformes mobiles dépend bien évidemment du taux d’équipement du parc de smartphones et que, sur ce critère, Android puis iOS sont loin devant Microsoft (dont la part de marché représenterait à peine 3%, source Comscore). Néanmoins, même si le Play Store a su en quelques mois rattraper son retard sur App’Store, il n’en demeure pas moins qu’il y a largement plus d’applications téléchargées sur iOS et que surtout les possesseurs de smartphones et tablettes Apple semblent prêts à dépenser plus. En effet, Apple compte de loin le plus grand nombre d’applications téléchargées avec plus de 40 milliards depuis son lancement en 2008 avec une accélération sur l’année 2012 puisque plus de la moitié de ces 40 milliards l’ont été sur cette année-là.

Le top des applications mobiles

J’en viens donc à la fameuse étude de Développers Economics réalisée en mars 2013 et qui se base sur 3 400 applications et qui nous donne quelques chiffres très intéressant que je vous détaille ci-après :

  • Le niveau de revenu moyen par application est le plus élevé aux Etats-Unis (2 172€ / application / mois), l’Asie (1 126€ / application / mois) arrivant derrière l’Europe (1 653€ / application / mois) dans ce classement. Alors que l’Asie est vu comme un pays précurseur autour du mobile, il apparaît clairement que le niveau moyen de revenu par application dans ces pays est beaucoup plus faible qu’aux États-Unis.

  • iOS génère un revenu plus important moyen par application que les autres plateformes. Microsoft dans ce classement apparaît en deuxième et Android seulement en 3ème. La raison de la 3ème place de Google peut paraître surprenant quand on sait qu’Android équipe plus de 50% du parc de smartphone. Elle s’explique clairement à une population utilisatrice qui a moins de revenus que celle équipée de iOS et surtout de nombreux utilisateurs équipés de smartphones mais qui s’en servent uniquement comme un téléphone ou n’utilisent que les applications gratuites.

J’en viens maintenant aux deux informations les plus intéressantes de cette étude.

  • Les modèles de monétisation qui permettent de générer le plus de revenus. Il est intéressant de voir que le pur modèle publicitaire (affichages de pub) est le modèle le moins rémunérateur. De même les in-apps achats ne représentent pas la première source de monétisation des applications alors que là encore ce moyen est souvent cité dans les moyens les plus pertinents de monétisation. Il est vrai que ce principe peut mieux fonctionner pour certaines types d’applications comme les jeux et moins dans d’autres univers applicatifs.

Différents modes de monétisation des applications mobiles

Différents modes de monétisation des applications mobiles

  • Les raisons de développement de l’application : ce dernier chart présentent les raisons pour lesquelles les développeurs ont choisi de développer telle ou telle application et comment elles performent. Clairement développer une application sur un marché où une application proche existe et fonctionne semble être le meilleur moyen d’avoir un certain succès encore faut-il être réactif. Même si à 50%, la première raison citée par les développeurs est la volonté de développer une application qu’il utiliserait eux-mêmes, ces types d’applications apparaissent les moins rentables car correspondent bien souvent à des besoins de micro-niches avec une vision trop personnelle dans l’application qui ne prend pas forcément en compte différents parcours / usages possibles.

Les raisons du développement d'une application mobile peuvent en conditionner le succès

Les raisons du développement d’une application mobile peuvent en conditionner le succès

Ce qu’il faut retenir

  • Malgré les chiffres équivalents de nombre d’applications disponibles sur Android et iOS, Apple garde clairement la primauté pour les développeurs du fait d’une population équipées plus fortement consommatrice d’applications payantes.

  • Les leviers de monétisation d’une application sont nombreux et sont à combiner.

  • Le niveau moyen de monétisation d’une application payante est largement insuffisante pour combler les développements et la maintenance éventuelle avec seulement 1 749€ (sachant que cette somme inclut la « commission » prise par Apple ou Google).

  • L’arrivée le 12 avril prochain de Facebook Home comme sur-couche sociale sur les téléphones Android représentent peut-être de nouveaux enjeux à terme pour les développeurs où développer des applications mobiles passera peut-être au second plan s’il faut d’abord penser à développer une application fonctionnelle et accessible depuis mobile sur Facebook.

3 commentaires pour Monétiser son application mobile : la publicité mais aussi…

  1. […] Je suis tombé récemment sur une très bonne étude (elles sont rares pour le souligner) autour de la rentabilité des applications mobiles. Je ne vous expliquerai pas ô combien le mobile est important…  […]

  2. Ryan dit :

    Un article super intéressant retraçant le parcours d’un développeur iPhone qui montre les différents moyens qu’il a pu mettre en place pour monétiser son application : http://madinhitech.ma/2013/07/04/comment-gagner-de-largent-sur-les-applications-mobiles-que-je-developpe/

  3. Il est clair qu’il faut savoir combiner de façon intelligente tout les moyens de monétisation qui sont mis à notre disposition.
    Je ne suis pas étonné des revenus liés à la pub. Quand on connaît le prix d’une bannière ou d’un interstitiel, cela ne vaut même pas la peine d’en insérer. Il faut chercher de nouveaux formats innovants, comme l’habillage, ou encore la vidéo.
    Le plus important reste l’expérience utilisateur. C’est une condition nécessaire mais non suffisante pour assurer la réussite d’un application.

    Il y a encore peu de formats qui puissent allier les deux composantes, et encore moins de régies qui en proposent. N’hésitez pas à aller voir du coté des startups, qui ont souvent les moyens de vous écouter, et de développer des solutions qui puissent répondre à vos attentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *