D’où Facebook tire t-il ses revenus ?

Publié le: 7 février 2012

Catégories: Médias sociaux

Mots clés: , , , ,

La nouvelle de la semaine dernière, sans conteste, était l’entrée en Bourse de Facebook. Deux billets très pertinents, et en Français, vous expliquent les tenants et aboutissants : Faut-il investir dans l’IPO de Facebook ? et Petit décryptage de l’IPO de Facebook. Les chiffres liés à cette entrée en bourse qui ont circulé sont ceux des revenus financiers de l’année écoulée, générés par Facebook : le chiffre d’affaires pour 2011 s’élève à 3,71 milliards de dollars pour un bénéfice net de un milliard. Il est intéressant d’aller voir plus loin et de voir d’où Facebook tire-t-il ses revenus entre la publicité, les partenariats avec des éditeurs comme Zynga ou bien encore les Facebook Crédits.

Des revenus exponentiels ?

Dans le schéma ci-dessous, on voit que les revenus de Facebook suivre une courbe exponentielle sur les 3 dernières années, ce qui bien évidemment un signe très positif. L’autre point intéressant est la répartition des sources de revenus. La grande majorité provient de la publicité, même si cette part a baissé proportionnellement par rapport à d’autres sources de revenus. En effet, pendant que, encore aujourd’hui, 96% des revenus de Google sont générés par la seule publicité, le chiffre de Facebook  est (seulement) de 85% en 2011.

revenus_facebook

Evolution des sources de revenus de Facebook : la diversification vers le Paiement dans les jeux

Il faut dire que Facebook semble comprendre qu’un modèle axé uniquement autour de la publicité serait à terme risqué. Le choix de diversifier ses sources de revenus au travers du renforcement de partenariat avec des éditeurs comme Zynga apparaît comme un choix pertinent. La part des revenus générés via les jeux Zynga et le module de paiement est ainsi passé de moins de 10% en 2009 et 2010, à 12% en 2011.

Et les plus gros annonceurs sont…

Les deux plus gros annonceurs sur Facebook ne sont pas ceux que l’on croit. En effet, des marques très affinitaires comme Nike, McDonald’s, Coca-Cola ou Adidas, qui sont de « gros » annonceurs plurimédia ne font pas partie des premiers annonceurs sur Facebook. Pourquoi s’acheter de la visibilité payante lorsque les « fans » viennent naturellement à vous ? Mieux vaut en effet concentrer ses efforts sur le Brand Content et l’animation de bases fans importantes. Les deux plus gros annonceurs sur Facebook, même s’ils ne pèsent que 0,1% chacun des revenus publicitaires de Facebook, sont le Washington Post et Netflix qui ont investi respectivement 4,2 millions et 3,8 millions.

Et sur le mobile ?

Le mobile, même s’il représente un usage fort des services sociaux de Facebook, ne génère à date aucun revenu. Ce levier publicitaire n’a donc pas encore été actionné par Facebook et représente une source potentielle de croissance publicitaire extrêmement forte, encore faudra-t-il trouver le meilleur format.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *