Les 10 mauvaises pratiques du SEO sur Google

Publié le: 9 juillet 2013

Catégories: Marketing digital

Mots clés: , , ,

La bataille du SEO : entre bonnes et mauvaises pratiques

La bataille du SEO : entre bonnes et mauvaises pratiques

Résumé : En terme de référencement naturel, Google aime de moins en moins voir certaines pratiques. Les experts du SEO savent de plus en plus jongler avec ses règles, même si parfois vouloir être trop Google friendly peut se révéler préjudiciable pour l’internaute qui ne s’y retrouve plus. En effet, la tendance majeure de nombreux sites est de vouloir se montrer gros au près de Google. Plus j’ai de contenu, plus j’ai de chances que ces derniers soient référéncés et que cela impacte positivement le référencement naturel. Malheureusement ce genre de règle basique est loin d’est suffisante voire même pertinente dans l’absolu.

Après vous avoir présenté il y a quelques jours La liste des 200 critères en compte par Google pour le référencement de votre site, je me suis dit qu’il était intéressant de s’arrêter sur les mauvaises pratiques les plus courantes… ce que Google et les experts appellent le Black SEO ou Black Hat.

  1. La dissimulation de contenus (le Cloaking) : il s’agit ici de proposer deux contenus différents, l’un pour l’internaute et l’un pour Google qui sera nécessairement beaucoup plus dense et riche de différents liens. Le principe est par exemple d’afficher certains mots clés en fonction du type d’appel fait de la page (s’il s’agit d’un user agent relatif à un moteur de recherche ou pas).

  2. La modification très légère de contenus (le Scrapping) : vous saviez probablement que le contenu dupliqué fait partie des très mauvaises pratiques. Son frère, le Scrapping, l’est tout autant : certains sites se disent qu’en modifiant légèrement un contenu, un peu comme un étudiant qui ne recopierait pas à la virgule pour son mémoire des passages de livres ou de blogs, ils passeront entre les mailles du filet. Il s’agit ici d’extraire automatiquement le contenu de certains sites, d’intégrer quelques synonymes des mots les moins importants (surtout pas les mots clés qui vous intéressent) et de l’injecter sur son propre site.

  3. Les spams blogs (les Splogs). Il s’agit ici de la création de contenu à voler et automatique. Il s’agit ici d’avoir des articles, des paragraphes mais d’abord des occurrences fréquentes de certains mots-clés recherchés. Ces contenus font alors peu de sens pour n’importe quel lecteur et servent uniquement un but de référencement. Google essaie donc de ne plus les prendre en compte.

  4. La multiplication des liens à outrance… sans pertinence : l’une des techniques  les plus connues et les plus utilisées par les référenceurs : la multiplication de liens sur le site. De manière simple, Google détecte si les liens intégrés dans votre contenu sont pertinents au regard du contenu qui y est présenté.

  5. La multiplication de mots clés (le Keyword Stuffing) : à l’instar des Splogs, il s’agit là aussi de montrer à Google une grande occurrence de certains mots clés en essayant de les placer le maximum de fois au sein de contenus, de pages ou d’un même site.

  6. Les commentaires dans les liens et forums (le SpamCo) : je le vois rien sur mes différents blogs, les mêmes soi-disants experts du digital qui commentent chaque article avec lien vers leur contenu et leur site. Au delà de paraître aux yeux du lecteur bien souvent comme totalement opportuniste et non pertinent, cette pratique est désormais de plus en plus surveillé par Google. Malheureusement le problème continue de demeurer, Google ayant du mal à détecter ce genre de pratiques, hors mis celles qui sont clairement du spam. Clairement, l’utilisation de son compte Google+ et des commentaires Google+ comme système de commentaires sur un blog pourrait être un des moyens de Google de limiter le phénomène.

  7. Vouloir indexer correctement toutes les pages de son site : à la guerre, il faut choisir ses batailles. Même les sites les plus importants en termes de contenus, qui comptent plusieurs centaines de milliers de pages ne pourront jamais voir toutes leurs pages correctement indexées. Google n’a pas le temps de crawler tout votre site et c’est l’un des rôles du référenceur de lui montrer le meilleur chemin, les pages sur lesquelles il doit revenir fréquemment et celles plus pauvres en contenu que l’on ne veut pas voir nécessairement référencées. Si Google aime énormément vos pages qui proposent un contenu pertinent, il aime beaucoup moins les pages pauvres qui auront tendance à le faire fuir. Toujours dans cette mauvaise pratique, il y a la question des fichiers PDF. La recommandation bien souvent est de désindexer des contenus car Google arrive à les référencer et certains contenus également présent sur votre site en format HTML peuvent tomber sous la coupe des contenus dupliqués. De plus, si l’objet du PDF est de drainer du trafic entrant sur votre site, bien souvent, l’internaute n’y passe pas, le téléchargement du fichier PDF s’effectuant directement.

  8. Les liens embarqués de forces dans des contenus diffusés sur d’autres supports : que ce soient par le biais de widgets, d’infographies, il peut être aisé d’y intégrer différents liens redirigeants vers votre site en partant du principe que si votre infographie est reprise par des sites avec un bon Page Rank cela sera bénéfique pour le linking de votre propre site. Cela non plus, Google n’aime pas et fait la chasse à ce genre de pratiques.

  9. Le blogging sponsorisé : quand il est difficile de remonter sur son propre site dans les moteurs de recherche, ou d’avoir des liens « naturels » vers son site, le recours au bloggeurs que l’on paiera pour publier tel ou tel contenu est une pratique désormais largement répandu. Attention, je ne dis pas ici que Google est totalement contre les articles de blogs sponsorisés, il n’aime juste pas les bloggeurs fainéants ou les annonceurs trop regardant sur la place de la virgule. Un article de blogs s’il reprend trop largement certains contenus déjà publiés sur d’autres articles se verra tomber dans la mauvaise pratique n°2.

  10. Ne pas faire attention au poids et temps de chargement de ses pages : comme je l’expliquais plus haut, si Google passe trop de temps sur une page, il ne reste. La première condition pour que Google puisse accéder au contenu de votre page est déjà que cette dernière se charge dans un délai respectable. Cela paraît une règle basique mais nombre de sites qui multiplient les contenus, widgets et autres appels de codes externes augmentent leur chance de voir les temps de chargement de la page dépassé certaines limites. C’est pour cela que bien souvent, certains préféreront optimiser le référencement de pages de listes (de produits, …) plutôt que les fiches produits qui peuvent avoir un temps de chargement beaucoup plus longs.

Pour aller plus loin :

14 commentaires pour Les 10 mauvaises pratiques du SEO sur Google

  1. […] En terme de référencement naturel, Google aime de moins en moins voir certaines pratiques. Les experts du SEO savent de plus en plus jongler avec ses règles, même si parfois vouloir être trop Google friendly peut se révéler préjudiciable pour l’internaute qui ne s’y retrouve plus.  […]

  2. […] Résumé : En terme de référencement naturel, Google aime de moins en moins voir certaines pratiques. Les experts du SEO savent de plus en plus jongler avec ses règles, même si parfois vouloir être t…  […]

  3. […] Résumé : En terme de référencement naturel, Google aime de moins en moins voir certaines pratiques.  […]

  4. Tim Wirth dit :

    Très bien vu… Une des meilleures méthodes est la transparence… Soyez vrai avec Google et Google vous le rendera. En accueillant les conversations de votre communauté dans votre domaine, vous beneficierez des effets benefiques du SEO tout en faisant progresser le débat, votre cause et, surtout, la cause de chacun! Regardez comment une plateforme communautaire peut vous aider a déployer en quelques semaines votre communauté de marque…

  5. Salut Cédric,

    Je ne comprends pas en quoi le numéro 6. est une mauvaise pratique en terme de SEO.

    Car oui, on voit souvent que le commentaire est opportuniste quand on est un humain, mais je doute que Google distingue la subtilité.

    Si le contexte sémantique est optimisé et que le rédacteur s’efforce de donner du sens à son commentaire malgré tout (ce qui est la plupart du temps possible), ça génère un backlink de qualité (sur un blog en dofollow bien sûr)

    non ?

  6. @Rudy Comme le nom de SpamCo le précise, il s’agit ici de traiter les spams i.e les commentaires automatiques ou ceux non pertinents au regard de l’article. Je pense et ce que j’évoque dans l’article que la pratique non liée à du Spam mais ajoutant un commentaire avec une faible pertinence juste en espérant être visible et ajouter un backlink est malheureusement une pratique qui se multiplie. Des commentaires nombreux mais pas pertinents pour l’internaute car trop commerciale ou visant d’abord des backlinks, Google va les aimer de moins en moins. C’est notamment, entre autres pour cela, qu’ils ont développé le widget de commentaires Google+ pour l’identification numérique de la personne qui commente et un contrôle plus précis (cf AuthorRank et PublisherRank).

  7. Centre d'appel dit :

    Bonjour, votre article résume bien ce qu’il ne faut pas faire mais comment ne pas le faire? lol
    Et propos de Splogs, que pense Google de cette tendance à laisser commentaires à fin purement commercial (ou pour être plus visible) sur les blogs?

  8. rédaction web dit :

    Il y a également de ceux qui insèrent trop de mots clés ou de liens dans un article. C’est tout autant une mauvaise pratique de référencement.

  9. […] Résumé : En terme de référencement naturel, Google aime de moins en moins voir certaines pratiques. Les experts du SEO savent de plus en plus jongler avec ses règles, même si parfois vouloir être trop Google friendly …  […]

  10. […] Les 10 mauvaises pratiques du SEO sur Google […]

  11. voyagiste dit :

    Article pertinent à l’instant t… (bon ok, à part le cloaking… ce n est pas nouveau) le changement des règles incessant de GG pousse à ne plus vouloir chercher les backlinks mais plutôt de s’améliorer techniquement. Et dans se sens je pense que les points 7 et 10 sont primordiaux.

  12. Super article : synthétique et clair. Beaucoup de bonnes pratiques en deviennent des mauvaises lorsqu’elles sont utilisées à outrance. C’est tout le concept du SEO que tu résumes ici : optimiser… mais pas trop ! Pas trop de mots clés, pas trop de liens, pas trop de pages indexées,… Vive la Pertinence et la Tempérance !

  13. Longchamp France

    Les 10 mauvaises pratiques du SEO sur Google | Cédric Deniaud : Stratégie Internet

  14. Marc DUPUY dit :

    Les méthodes que vous citez ont marché dans leur temps.
    Certaines marchent encore (je pense aux liens sponsorisés notamment, durs à détecter)

    Pour ma part, le linking est la base du référencement, et sera toujours sujet à des méthodes de spam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *