Retour sur les sujets digitaux de 2015

Publié le: 4 janvier 2016

Catégories: Transformation digitale

2015 aura marqué la 9ème année (déjà !!) de ce blog et donc cette année en 2016 ca sera l’année de la décennie. En 9 ans, les choses ont bien changé : après avoir beaucoup parlé des médias sociaux au début à l’époque où les agences de Community Management n’existaient pas et que Facebook n’était pas dans le giron de la stratégie digitale des entreprises, je vous parle de plus en plus de ce qui nous concerne quotidiennement chez The Persuaders : l’accompagnement des entreprises dans leur accélération digitale que ce soit par rapport à leur stratégie d’entreprise ou l’acculturation des équipes. Les entreprises qui nous font confiance sont de plus en plus nombreuses et nous sommes fiers d’avoir participé récemment à des transformations majeures (lancement du site Bien’Ici du Consortium des acteurs de l’Immobilier en France, Groupe La Poste, Canal+, Club Med, Condenast…).  Pour vous en parler encore mieux, nous avons  il y a quelques semaines lancer la nouvelle version de notre site Internet (qui n’est que la 2ème version depuis la création du cabinet en 2010).

the-persuaders-site-internet

L’année 2016 sera encore riche avec nos équipes de Consultants qui continuent de s’agrandir pour mieux accompagner nos clients. Si vous êtes intéressé pour nous rejoindre, nous sommes toujours à l’écoute des profils intéressants : www.thepersuaders.fr/nous-rejoindre

Revenons sur le blog. Comme chaque année, je vous propose donc un petit récapitulatif de l’année au travers des articles écrits et qui permet de faire un point sur les évolutions récentes.

Quelles sont les principales priorités du marketing digital en 2015 ?

http://www.cedricdeniaud.com/priorites-marketing-digital-2015/

Je m’arrêtais dans cet article de reprise annuelle sur 3 enjeux : la lecture de la donnée, la capacité à agir en temps réel et la capacité réelle à penser « connecté ». Je peux dire que sur le dernier point, aujourd’hui les prises de conscience et une meilleure compréhension des usages des clients connectés sont une réalité dans de plus nombreuses entreprises. Pour le 1er point, les entreprises sont encore rares à comprendre (la faute aux éditeurs, consultants et médias spécialisés) que la Big Data n’est pas qu’un buzzword. Certes la réalité existe : celle de devoir gérer des données dont les sources sont plus variées, dont la quantité est plus importante et dont la rapidité à traiter doit être clé mais c’est malheureusement sur ce dernier point que l’entreprise achoppe. Quelque soit la donnée et son analyse, la décision ne se fait pas, ou tardivement, du fait des schémas politiques et organisationnels bien souvent en place.

J’y reviendrais dans un prochain article mais si on devait retenir une et une seule priorité pour le marketing digitalisé en 2016 c’est celle de l’OPTIMISATION qui passe nécessairement pas une capacité à analyser, comprendre les données.

 

Les médias en ligne doivent-ils s’allier avec leurs meilleurs ennemis : les réseaux sociaux ?

http://www.cedricdeniaud.com/les-medias-en-ligne-doivent-ils-sallier-avec-leur-meilleur-ennemi-les-reseaux-sociaux/

Au détour d’un article, je posais cette question. Il faut dire que Facebook a disrupté bien plus que notre rapport social à nos proches. C’est notre manière de consommer Internet (et pas que) dans toutes ses dimensions qui est bouleversé : la télévision, les jeux en ligne, la communication avec les marques, l’abonnement à l’information…

Sur ce dernier point, avec Facebook Instant Articles (et on pourrait parler très prochainement de Google avec l’arrivée en mars prochain des Google Accelerated Mobile Pages), c’est la promesse du partage des revenus publicitaires entre éditeurs de contenus et plateforme de diffusion (aka Facebook) qui était avancée. Beaucoup de médias US ont testé cette aventure et désormais certains médias FR s’y mettent également. En décembre dernier, le chiffre de 350 médias était même communiqué. Alors, certes, avec ce principe, les médias adhérents perdent des visites sur leur propre site mais peuvent en échange « bénéficier » des revenus publicitaires générés par les espaces à côté de leurs articles.

Sauf que le modèle ne serait pas assez rentable pour les sites médias et le risque de voir plus de pubs et moins de contenus est donc présente. Ainsi, en France, le Parisien a manifesté publiquement sa déception : Instant Articles déçoit aussi le Parisien. Est-ce que finalement les sites médias ont le choix ? Pas sûr. Mais la multiplication des initiatives par Twitter et Google pourrait atténuer la déception…

Vous n’avez pas besoin de stratégie digitale…

http://www.cedricdeniaud.com/strategie-transformation-digitale/

Ce fut probablement cette année sur cet article que vous m’avez fait le plus de retours. Ceux qui se sont arrêtés au titre sur Twitter n’ont forcément pas directement compris le propos et pour les autres vos approbations m’ont conforté dans le fait de me sentir un peu moins seul à tenir ce discours. Je suis notamment en novembre dernier intervenu auprès d’une direction Marketing d’un grand assureur en France pour parler non pas du « marketing digital » mais du « marketing digitalisé ». Le discours portait de faire comprendre que le marketing digital n’est pas une composante supplémentaire du marketing 360° en place mais plutôt une digitalisation des logiques et actions traditionnelles du marketing (dématérialisation, expérience client, place du mobile, …)

L’un des autres points que j’abordais était celui du rôle des agences de communication qui pour certaines se positionnent désormais comme des acteurs de la transformation digitale de l’entreprise… et là on se dit que les problèmes risquent de continuer pour l’entreprise. C’est exactement si à une question liée au Développement Durable, l’entreprise embauchait une agence de communication pour traiter la question. Vous connaissez le résultat : GREENWASHING !! Là c’est un peu pareil, on dit qu’on transforme, on fait des formations pour expliquer la transformation et l’innovation, on fait venir deux / trois copains start-uppers pour valoriser leur dynamisme auprès de groupes plus léthargiques, on croise les doigts en espérant que la transformation se fasse. Vous me connaissez maintenant, je grossis le trait encore une fois mais les RP me prouvent chaque semaine cette réalité. Désormais, une conférence doit être estampillée Transformation Digitale, le mot « Uberisation » est mis à toutes les sauces. Dans les faits, la transformation des leaders Français est exogène (comprendre par le biais de rachats ou d’investissements) mais que culturellement et donc de manière endogène, cette transformation prend moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *