Les rachats de start-up Internet qui ont déjà dépassé 1 milliard de dollars

Publié le: 29 juillet 2013

Catégories: Transformation digitale

Mots clés: , , , , , , , , , ,

Yahoo entend bien fortement monétiser la plateforme de blogs sociaux, TumblR

Yahoo entend bien fortement monétiser la plateforme de blogs sociaux, TumblR

Résumé : Sur Internet, les rachats de certaines sociétés se comptent désormais en milliard de dollars : après Instagram l’année dernière (même si le chiffre sera finalement de 782 millions de dollars), c’est TumblR qui est tombé dans l’escarcelle des services de Yahoo! pour 1,1 milliards de dollars et Waze, le GPS communautaire racheté par Google pour la même somme. WhatsApp refuse d’être racheté par Google pour 1 milliard et il en va de même avec Hulu par Yahoo. De son côté, le rachat de la solution française de eCRM, Neolane, par Adobe, pour 600 millions de dollars est presque passé inaperçu. Petit tour d’horizon des rachats importants de société Internet qui ont eu lieu ces derniers mois / années.

MySpace par NewsCorps (580 millions de $)

MySpace racheté (seulement) 580 millions de dollars par NewsCorps en 2005. Alors oui je sais, ici on n’a pas dépassé le milliard de dollars, mais je trouvais intéressant ici de rappeler le montant à l’époque dépensé par NewsCorps pour le site qui était vu comme LE réseau social. Le coût de l’utilisateur était alors à 8 / 9$ et déjà, rappelez-vous, tout le monde se posait la question d’un rachat aussi cher de ce service qui semblait avoir atteint son apogée (pour comparaison, le coût de l’utilisateur sur Instagram pour Facebook est de près de 35$ alors que le service n’intègre encore aucune monétisation !).

Quelques mois après, nous aurons tous suivis le destin de MySpace, qui désormais semble se réorienter vers la Social TV (Que nous promet MySpace TV ?), suite au rachat de la société par Specific Media et Justin Timberlake (oui il s’agit bien du chanteur / acteur qui jouait le rôle de Sean Parker dans le film sur Facebook, The Social Network) pour la somme de 35 millions de dollars.

Paypal par eBay (1,5 milliard de $)

Paypal, service de paiment en ligne, racheté par eBay pour 1,5 milliard de dollars, en 2002. On sait aujourd’hui la place qu’a pris Paypal comme moyen de paiment. Il n’aura pas fallu 10 ans, bien évidemment, pour eBay de faire de Paypal un vrai succès, la synergie avec la place de marché eBay ayant très rapidement portée ses fruits. Bien avant que Google sorte son propre service (Google CheckOut) ou que Facebook investisse le territoire avec Facebook Credits, Paypal s’était déjà taillé une part de premier ordre.

Le service semble par contre difficilement trouvé sa place dans le domaine du P2P Lending où l’arrivée des banques traditionnelles représente un danger important sur les marchés locaux. De plus, les nouveaux moyens de paiement que nous promettent des sociétés comme Square, pourrait faire passer ces prochaines années Paypal d’une position de leader incontesté à celle d’un géant aux pieds d’argile. Paypal a néanmoins réagi sur le marché des paiements via mobile en lançant Here, un système de paiement mobile qui permettra aux petites entreprises d’accepter les paiements via un smartphone. À l’instar du service Square, Paypal Here accepte les cartes de débit et de crédit via un lecteur qui s’intègre sur son smartphone. Il peut également utiliser l’appareil photo du téléphone pour scanner et traiter les cartes ou les chèques.

Youtube par Google (1,65 milliard de $)

Youtube, racheté par Google pour 1,65 milliard de dollars en 2006. Là encore, avec le succès que connaît aujourd’hui Youtube et la monétisation intégrée par Google, plus personne ne se pose la question de savoir si ce rachat avait été pertinent ou pas. Il faut effectivement se souvenir, qu’à l’époque les papiers étaient très nombreux sur l’erreur stratégique potentielle de Google de racheter un service qui n’avait pas encore réglé la question des droits de propriété de tous les contenus des ayants-droits. Par de nombreux partenariats, et en renforçant sa politique modération des contenus, Google aura réussi à faire prendre à Youtube le virage de la monétisation de ses contenus.

De plus, l’année du rachat, Google n’affichait un résultat net que de 1,5 milliard pour un chiffre d’affaires de 6,1 milliards. Il est intéressant de comparer ces chiffres à ceux actuels de Facebook, qui pour 1 milliard de dollars dépensés pour Instagram, affichait fin d’année dernière un bénéfice net de 1 milliard et un chiffre d’affaires de 3,71 milliards. Ainsi le montant du rachat de Instagram équivaut au bénéfice passé sur le dernier exercice, on est donc exactement, dans les mêmes proportions que pour Google, même si Facebook a besoin de faire moins de CA pour dégager ce bénéfice, et apparaît donc comme plus rentable.

Ceux, qui posent aujourd’hui la même question par rapport à Pinterest, outil de curation visuelle, trouve ici un exemple historique. Le problème de Pinterest est surtout que la plupart des contenus proviennent de quelques plateformes dont TumblR qui si, demain, elles décident de couper les ponts ne devrait pas permettre à Pinterest de trouver un second souffle. Reste déjà savoir si l’audience accumulée ces dernières semaines pourra se confirmer ses prochains mois sur un marché où la concurrence est déjà présente (Il y a Pinterest… mais aussi les autres).

Skype par eBay (2,6 milliards de $)

Skype, racheté par eBay pour 2,6 milliards de dollars en 2005, avec une « rallonge » de 1,7 milliard dans le cas où les résultats financiers étaient intéressants sur les années 2008 et 2009 (ce qui n’aura pas été le cas). Le record est donc bien détenu par eBay, qui, si on peut les féliciter pour le rachat de Paypal, auront malheureusment « cassé leur tirelire ». L’expression n’est pas de moi, mais bien de Niklas Zennstrom, fondateur de Skype, qui, après son départ de la société, avouera que le rachat de son bébé par eBay avait été largement surévalué (mais bon il ne va pas s’en plaindre non plus).

En 2009, eBay devra alors se résoudre à céder une partie de ses parts (70%) à un fonds d’investissements pour 1,9 milliard de dollars. L’opération n’aura alors pas été trop douloureuse financièrement à supporter. Avec cette revente, Skype restait valorisé à, à quelques dizaines de millions de dollars près, la même somme que le montant du rachat en 2005 : 2,75 milliards de $. Skype avait rapporté, en terme de chiffre d’affaires, lors du dernier trimestre précédant sa revente, 185 millions de dollars.

Skype par Microsoft (8,6 milliards de $)

Skype figure deux fois dans ce classement, puisque après la revente par eBay en 2009, le service fut finalement racheté une troisième fois par Microsoft en 2011, pour un montant record de 8,6 milliards de dollars. Ce rachat appraît tout de suite beaucoup plus pertinent, compte tenu à la fois du retard de Microsoft dans l’univers mobile, mais surtout par rapport à la stratégie d’outil de communication entre personnes, enclenchée depuis un certain nombre d’années avec Hotmail, MSN Messenger et toute la logique de Microsoft Live. L’autre raison est clairement la base d’utilisateurs de Skype (plus de 170 millions d’utilisateurs lors du rachat) et qui autant de personnes à convaincre de (ré)utiliser les autres produits Microsoft. Pour autant Skype, n’est pas non plus une poule aux oeufs d’or. En effet, le CA de Skype est d’à peine 1 milliard… et en 2011 continuait à accuser des pertes à hauteur de 7 millions.

AOL par Time Warner (1 milliard de $)

Même si les périodes ne sont pas les mêmes, le prix déboursé par Facebook pour acquérir Instagram est le même que celui payé par Time Warner pour acquérir un portail de services et de contenus, adressant une large audience. En 2006, les réseaux sociaux n’avaient pas encore pris la place qu’ils ont aujourd’hui et clairement la vision de Time Warner et le montant de l’investissement réalisé témoigne de la vision 1.0 et « media » de Time Warner. Une grave erreur que Time Warner paiera cher comme en témoigne la revente de AOL en l’introduisant en Bouse en 2009. Ce rachat aura été estimé au final à 100 milliards de dollars, compte tenu des investissements effectués pendant 3 ans.

Au rang des prétendants à se faire racheter, on peut se demander si Twitter cèdera un jour aux sirènes des centaines de millions (si ce n’est plus), si Square répondra à toutes les attentes fixées (sachant qu’ils viennent désormais de lancer également l’iPad en tant que caisse enregistreuse dans les magasins : Square transforme l’iPad en caisse enregistreuse), si Path pourra se faire une place au soleil, si Hulu ou NetFlix se feront racheter par plus gros qu’eux…

Pour aller plus loin :

3 commentaires pour Les rachats de start-up Internet qui ont déjà dépassé 1 milliard de dollars

  1. […] Résumé : Sur Internet, les rachats de certaines sociétés se comptent désormais en milliard de dollars : après Instagram l'année dernière (même si le chiffre sera finalement de 782 millions de dolla…  […]

  2. […] Résumé : Sur Internet, les rachats de certaines sociétés se comptent désormais en milliard de dollars : après Instagram l'année dernière (même si le chiffre sera finalement de 782…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *