Pourquoi l’innovation participative et l’acculturation digitale doivent être les moteurs de la transformation digitale des entreprises ?

Publié le: 30 octobre 2015

Catégories: Transformation digitale

Mots clés: ,

Pour avoir mis en place plus d’une trentaine de démarches d’innovation participative en interne, au sein de grandes entreprises françaises et internationales, je sais que ce chantier est bien souvent compliqué à animer dans la durée. Il faut savoir s’appuyer sur les métiers, les collaborateurs, des relais et ambassadeurs internes pour initier, animer et faire parler de la démarche. Plus que tout outil ou toute fonctionnalité, c’est bien l’humain et la capacité de l’entreprise à travailler sur des sujets d’avenir, ensemble, qui sont au coeur du débat.

De l’innovation à la transformation digitale

Ces chantiers d’innovation participative sont tous plus ou moins avancés dans les grandes entreprises. Qu’ils passent pas des plateformes online (type boite à idée), des démarches collaboratives lors de séminaire, voire de démarches plus ouvertes intégrant des écoles lors de Hackathon par exemple,  il demeure rare de voir ces démarches, synchronisées et pensées de manière commune avec le sujet plus globale de l’acculturation digitale.

Pour vous en parler, depuis plusieurs années sur ce blog notamment (tous les articles sur la Transformation Digitale >>), les sujets pour l’entreprise liés à la transformation digitale sont nombreux. Si parfois (ou parfois pas : Le blues du Chief Digital Officer est-il une réalité dans l’entreprise ?), un Chief Digital Officer ou un Monsieur / Madame Transformation Digitale sont nécessaires pour agir comme des catalyseurs, des accélérateurs, qui peuvent avoir les coudées franches, ils sont d’abord des personnes connaissant l’entreprise que de simples experts du Digital. Leur capacité à fédérer et faire avancer l’entreprise sont les éléments clés. Pour travailler fréquemment dans cette logique dans le cadre de mes activités au sein de The Persuaders, l’importance des hommes clés à ces postes (et aux postes stratégiques et opérationnels liés) est indispensable, quelque soit les budgets alloués où la qualité des consultants.

Notre concept des 3A 

La question est donc comment penser acculturation digitale et innovation participative ? Nous aimons pour expliquer cette imbrication repartir de la pyramide de participation sur Internet (mais si, vous savez, cette fameuse règle des 1 / 9 / 90). Nous avons 1% de créateurs de contenus, 9% de relayeurs et commentateurs pour 90% de simples lecteurs.

Si je fais le parallèle par rapport au sujet de la Transformation Digitale, nous appelons cela la règle des 3A pour « Apprenants », « Acteurs » et « Ambassadeurs ». En théorisant ce concept des 3A, l’idée est de faire comprendre à l’entreprise que acculturation et participation sont nécessairement liées et que le Digital et l’Innovation sont alors les deux liants.

Pour passer du « je sais » (Apprenant) à « je fais » (Acteur) puis à « j’en parle » (Ambassadeurs), il faut donc passer par des étapes nécessaires. L’action au travers des démarches d’innovation participative est cette première étape entre l’Apprenant et l’Acteur. Cette logique d’innovation participative doit par contre se faire dans un cadre stratégique défini pour faire sens pour l’entreprise et être « exploitable » d’un point de vue opérationnel par les métiers.

On comprend donc que Innovation et Transformation sont dans le même bateau et que l’un ne peut pas marcher sans l’autre. Mais est-ce que l’organisation de l’entreprise autour de sa Transformation Digitale créé les réflexions et les passerelles nécessaires ? Malheureusement pas toujours. Heureusement que certains exemples sont là pour nous prouver le contraire (lire : La Poste : de la transformation à l’accélération digitale)

2 commentaires pour Pourquoi l’innovation participative et l’acculturation digitale doivent être les moteurs de la transformation digitale des entreprises ?

  1. […] Pour avoir mis en place plus d’une trentaine de démarches d’innovation participative en interne, au sein de grandes entreprises françaises et internationales, je sais que ce chantier es…  […]

  2. […] par les jeunes. Pourtant, le digital n’est qu’un outil au service des entreprises. Pas l’inverse comme peut l’indiquer cet article de Cédric Deniaud, co-fondateur du cabinet de conseil en médias sociaux dont j’ai aussi été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *