Les grandes entreprises et l’innovation : je t’aime moi non plus

Publié le: 17 décembre 2013

Catégories: E-marketing, Transformation digitale

Mots clés: , , , , , , , , , ,

Lorsque l’on est une grande entreprise installée, la combinaison est souvent compliquée à trouver entre immobilisme et innovation. Tout le monde me dira que innover est vital et s’asseoir sur ses succès acquis serait la pire des stratégies de développement d’une entreprise. Malgré néanmoins bien souvent une forte volonté d’innovation à différents niveaux hiérarchiques de l’entreprise, elles se heurtent très souvent aux pouvoirs établis, à la course à la rentabilité et aux urgences liés aux produits / services déjà commercialisés. Je le dis et je le répète : Innover est vital pour toute entreprise !

Toutefois, avant de détailler plusieurs cas, petit rappel sur l’innovation : je n’entends pas ici par innover le fait de lancer un produit / service disruptif sur un marché. Innover c’est aussi améliorer, optimiser, tester, se réorganiser… L’innovation n’est pas que ce que le client final voit, c’est aussi ce qui se passe dans la machinerie pour améliorer des processus de production par exemple.

Ces entreprises qui n’ont pas su innover… ou le faire savoir

Les exemples sont innombrables d’entreprises qui ont tardé à innover… mais plus parce qu’elles ont tardé à intégrer l’innovation au sein de leur entreprise. En effet, avoir un département dédié à la R&D qui inventera les produits les plus innovants, beaucoup d’entreprises le font mais  sont pour autant dépasser par l’innovation de nouveaux concurrents.

Le meilleur exemple est probablement Nokia, qui pour survivre a dû passer dans les mains de Microsoft. Nokia a inventé l’écran tactile sur les mobiles… mais faute de conviction ou d’envie de lancer cette innovation, Apple l’a dépassé dès le lancement de son iPhone 1 avec désormais le succès que l’on connaît. Nokia pensait que l’innovation était d’abord ce que l’on mettait dans le téléphone (rappelez-vous à l’époque de l’arrivée de Apple sur le marché de la téléphonie mobile pendant laquelle Nokia arguait que les fonctionnalités du N95 était plus puissante sur tous les aspects : stockage, GPS, …). Sauf que pour le client, l’innovation était d’abord la navigation et moins les fonctionnalités techniques embarquées.

Autre exemple bien connu celui de MySpace, qui explique désormais en très grande partie la stratégie de renouveau permanent cherché par Facebook. Ce dernier change fréquemment ses interfaces, ajoute de nouvelles fonctionnalités, teste et retire des fonctionnalités non utilisées ou non pertinentes. La courte histoire de Facebook est déjà jallonnée de nombreuses étapes innovantes… tout l’inverse de MySpace à l’époque qui se voyait déjà comme le réseau social leader et n’a pas su innover. Est-ce la faute qu’un moment la start-up devient un maillon d’un grand groupe média où la recherche est d’abord portée par la rentabilité immédiate et moins l’innovation porteuse de succès à venir ? Très probablement. On sait qu’en plus les groupes Média bien souvent ne sont pas perçus comme les sociétés les plus innovantes vivant sur des business model bien établis (j’y reviendrai un peu plus loin dans l’article).

Valoriser l’innovation sectorielle

La démarche éditoriale de nombreuses entreprises autour d’innovation sectorielle est un autre moyen de valoriser l’innovation sans pour autant en être l’un des principaux acteurs. Les exemples de sites mis en place par de grandes entreprises valorisant non pas uniquement leurs démarches d’innovation mais plus globalement l’innovation au sein de leur secteur d’activité pour prouver que les usages changent et qu’il font partie de ce changement sont nombreux.

  • EDF Pulse : lancé récemment, ce site a pour vocation d’accompagnement le changement d’image d’EDF à l’instar de ce que France Telecom a su faire ces 10 dernières années en construisant la marque Orange. Le site aborde la place de l’énergie et les changements liés dans plusieurs domaines de nos vies : l’habitat, le transport, la technologie, la santé… Le but ici n’est pas de vendre ou de promouvoir une offre commerciale mais bien « d’impulser » un changement de mentalité chez les consommateurs. Voir le site >>

edf_pulse

  • L’atelier BNP Paribas : BNP Paribas mène une démarche historique de valoriser les innovations au sein de son Groupe mais également en externe au travers de sa démarche « L’atelier ». Fonctionnant comme une vraie cellule à part entière, BNP Paribas s’est engagé depuis plus de 30 ans maintenant dans cette démarche. Ce site est en lien avec l’activité de BNP Paribas de conseil et d’accompagnement d’entreprises. Il s’agit ici certes d’un site mais d’abord d’une cellule de veille présent notamment aux Etats-Unis et en Chine et qui pour vocation de « vendre » cette démarche de veille auprès d’entreprises et de professionnels. Voir le site >>

  • Le Groupe La Poste : à l’instar de Orange s’est engagé dans une vraie volonté de transformer ses services pour les adapter au monde numérique actuel. Récemment, par exemple, ils ont communiqué sur la mise à disposition d’imprimantes 3D dans plusieurs Bureaux de Poste mais également le passage à des Bureaux Connectés où les guichetiers sont désormais équipés de smartphones et tablettes… visant à faire gagner du temps dans le traitement des demandes clients que ce soit pour l’expédition de colis / courrier ou la réception. Cette démarche innovante est clairement valorisé sur le site Corporate du Groupe (voir le site) mais également d’un Innovation Book visant à regrouper les acteurs de l’innovation en France. La Poste va plus loin et au travers d’un site appelé Le Hub entent apporter aux professionnels un décryptage des tendances innovantes notamment dans le marketing et la communication. Au travers notamment de son activité e-commerce, de ses filiales comme Mediapost, Cabestan ou Docapost regroupé sous l’appellation La Poste Solutions Business, La Poste a une vraie activité auprès des entreprises dans laquelle décrypter les innovations est une solution de communication adoptée. Voir le site Le Hub >>

lehub_laposte

Financer l’innovation de start-up

Démarches plus nouvelles, notamment lorsque l’entreprise peut avoir du mal à innover en elle-même, c’est de supporter l’innovation de d’autres structures. On se rappelle que Orange avait voulu au travers de Orange Vallée porter elle-même fortement la mise en place de produits innovants, sauf que ces lancements se sont bien souvent résumés à des tests sans lendemain. Pour être une entreprise innovante, il faut savoir s’inscrire dans un écosystème d’entreprises et de start-up innovantes. Bien souvent ces jeunes pousses manquent de moyens voire de contacts professionnels au sein de grandes entreprises pour tester grandeur nature leur innovation.

Sur un modèle en partie hérité des incubateurs de projets voire même des fonds d’investissements, Canal+ ou bien encore Orange lance leur démarche pour accompagner le développement de start-ups innovantes.

  • Canal+ lance CanalStart à l’occasion de #leweb  : on sait que Canal+ avec les arrivées prochaines et probables de concurrents comme Amazon, Netflix ou bien encore Hulu dans le domaine de la télévision doit se réinventer. Le lancement de l’offre Canal+ Series récemment ou la refonte de l’offre VOD CanalPlay visent à participer à ce renouveau de la chaîne cryptée. CanalStart est le projet d’incubateur de start-ups de Canal+. Le principe : accompagner des projets audiovisuels qui soient centrés sur l’exploitation de la donnée, les nouveaux comportements (Social TV), l’ergonomie des interfaces, les terminaux et objets connectés. Le Groupe participera à hauteur de 50 à 150 000 euros pour financer ces projets. Finalement Canal+ importe en France un modèle déjà développé à l’étranger par la BBC par exemple.

  • Orange Fab, la fabrique innovante financée par Orange : autre grand groupe et autre projet d’incubateur de start-ups, celui de Orange. Le projet est clair comme présenté dans l’image ci-dessous. Tentative de Orange de répondre à Xavier Niel d’avoir la main mise sur nombre de start-ups (ou futures) via son école 42 et son fonds d’investissement Kima Ventures. Probablement.

orange_fab

Comme je l’évoquais dans le résumé que je faisais de l’édition 2013 de #leweb (Où en sera le Web dans 10 ans ? Entre innovation, robotique et système fermé…), l’innovation échappe en grande partie aux groupes installés du fait des financements alternatifs que sont les plateformes de crowdfunding. Ces modes d’investissements alternatifs impliquant directement le client et l’usager final ont fait leurs preuves depuis 3 / 4 ans et ces démarches d’incubateurs sont une tentative des entreprises de résister. Clairement, lorsqu’on est développeur et jeune entrepreneur, le choix de son financement et de son incubation peut engendrer des choses bien différentes et est-ce que Canal+ et Orange sauront se monter suffisamment intéressantes pour les projets les plus porteurs, rien n’est moins sûr.

4 commentaires pour Les grandes entreprises et l’innovation : je t’aime moi non plus

  1. […] Lorsque l'on est une grande entreprise installée, la combinaison est souvent compliquée à trouver entre immobilisme et innovation. Tout le monde me dira que innover est vital et s'asseoir sur ses s…  […]

  2. YML dit :

    Je viens seulement de lire votre post, et je partage tout à fait cette vue des grandes entreprises qui peinent à innover.
    Le bureaucratisme des grandes structures et l’angoisse de dégrader la marge sont des freins à tout changement, donc à l’innovation.
    Cependant, je pense que le vrai moteur de l’innovation dans une entreprise, c’est la volonté, et surtout la volonté du top management. Souvent, quand la génération des entrepreneurs passe la main à celle des managers, surtout dans les entreprises qui ont rencontré le succès, la volonté d’innover s’essouffle, paralysée par l’enjeu de devoir faire aussi bien, et/ou de décevoir des actionnaires exigeants… Les innovations récentes d’Apple, les premières de la génération post-Steve Jobs, n’ont plus ce souffle révolutionnaire des premiers iPhone ou iPad, mais semblent plutôt surfer sur des succès antérieurs, grâce à un éco-système encore rentable…
    J’avais aussi évoqué l’année dernière dans un post (sur mon propre blog…) le cas de Kodak, le plus grand innovateur de l’ère de l’argentique, et qui, pour protéger sa vache à lait, a tout fait pour freiner le digital… RIP Kodak.
    J’aime beaucoup le passage sur l’innovation sectorielle, très juste, mais je pense que ces succès doivent aussi beaucoup aux hommes qui les ont inspiré et porté… L’Atelier BNP Paribas, par exemple, c’est Jean-Michel Billaut.
    Merci pour ce post riche, au plaisir de vous lire.
    Cordialement,
    YML

  3. […] Lorsque l’on est une grande entreprise installée, la combinaison est souvent compliquée à trouver entre immobilisme et innovation. Tout le monde me dira que innover est vital et s’asseoir sur ses succès acquis serait la pire des stratégies de développement d’une entreprise. Malgré néanmoins bien souvent une forte volonté d’innovation à différents niveaux hiérarchiques de l’entreprise, elles se heurtent très souvent aux pouvoirs établis, à la course à la rentabilité et aux urgences liés aux produits / services déjà commercialisés. Je le dis et je le répète : Innover est vital pour toute entreprise !Toutefois, avant de détailler plusieurs cas, petit rappel sur l’innovation : je n’entends pas ici par innover le fait de lancer un produit / service disruptif sur un marché. Innover c’est aussi améliorer, optimiser, tester, se réorganiser… L’innovation n’est pas que ce que le client final voit, c’est aussi ce qui se passe dans la machinerie pour améliorer des processus de production par exemple.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *