La Poste : de la transformation à l’accélération digitale

Publié le: 8 octobre 2015

Catégories: E-commerce, Transformation digitale

Mots clés: , , ,

Elles sont (trop) nombreuses les entreprises et les agences à n’avoir à la bouche que les expressions de « transformation digitale » et de « transformation numérique ». Sauf que bien souvent, quand on creuse, les chiffres d’investissements annoncés et les projets présentés en avance de phase se résument à des coups de communication ou du test and learn.

Quand certains parlent de transformation digital, La Poste tout comme la SNCF (lire : La SNCF accélère sa transformation digitale en investissant 450 millions d’euros) préfère parler d’accélération digitale… et passe dans sa troisième phase de sa digitalisation. On n’est donc plus dans la déclaration d’intention mais bien dans la réalité stratégique, opérationnelle et transverse à tous les métiers (dont le réseau).

La Poste tenait par la voix de son président, Philippe Wahl, et de certains des « patrons » de branche (La Banque Postale, Geopost, le Réseau, Numerique…) une Keynote pour apporter les preuves de cette réalité et annoncer certains lancements… déjà testés. On est donc bien dans cette accélération et dans une phase de déploiement plus massive.

1 milliard d’euros d’investissements

Massive car avec 1 milliard d’euros investis sur les 3 prochaines années (550 millions en équipements et 450 millions en formation de tous les collaborateurs), La Poste met les moyens en face pour être dans cette capacité d’accélération. Si on prend une branche spécifique, La Banque Postale c’est 50 millions d’euros d’investissement par an alloués au digital.

Si on revient un peu en arrière, en janvier 2014, l’orientation de « La Poste 2020 » avait été annoncée avec une place importante réservée au numérique. Le numérique avait alors déjà une place essentielle dans la stratégie du Groupe car à l’origine des changements que connaissent Le Groupe La Poste notamment dans l’expédition et la gestion des échanges qui se dématérialisent de plus en plus.

La Poste se définit, désormais, comme étant au croisement entre le réseau physique et le digital (le fameux « Phygital »). La promesse postale, c’est d’apporter le service grâce au facteur humain, partout et pour tous. Le numérique n’est plus un problème qui fait « perdre du business » à la Poste sur son coeur de métier (le courrier) mais une solution de la simplification des services de La Poste.

Des innovations liées au digital, utiles pour tous notamment en e-commerce

Très tôt, La Poste a donc fait le choix pour son organisation d’être dans le modèle hybride où chaque branche est dotée d’une capacité et d’une organisation propre pour gérer les actions digitales, mais où une Branche du Numérique a pour vocation d’être cet accélérateur interne en apportant l’expertise, la tranversalité / coordination… mais aussi la gestion d’une partie des actions.

En termes de services et d’innovations sur lesquels La Poste a annoncé ces accélérations :

  • Loggin qui regroupe un ensemble de services existants de La Poste : le coffre fort numérique (déjà utilisé par 1,5 million de personnes en France), l’identifiant unique et sécurisé qui désormais sera la solution d’identification proposée par l’administration française pour tous ses services (impôts, CAF, Sécurité Sociale), la digitalisation de services postaux (expédition, …), mais aussi une plateforme pour les objets connectés
  • Focus sur les objets connectés : car oui on attend peut être plus des acteurs comme les opérateurs ou des start-up dans cette vocation d’organiser les échanges de données entre les objets connectés. La Poste entend bien se faire une place. Fort du succès de la dématérialisation de services, et de ses capacités de gestion de données (par exemple, saviez-vous que La Poste est le plus important hébergeur de données de santé en France ?), La Poste entend être le gestionnaires des échanges de données entre les objets connectés en proposant une « infrastructure neutre et universelle ». En étant un acteur moteur en France depuis plusieurs années déjà avec #FrenchIOT, La Poste a sélectionné 100 start-up dans l’univers de l’Internet des Objets et en « sponsorisera » 15 lors du prochain CES de Las Vegas.
  • Lancement d’un service d’expédition et de renvoi de colis sans se déplacer. L’une des principales informations, largement relayées par la presse spécialisée depuis hier, est un service pratique, utile et largement attendu par de nombreux clients des sites e-commerce. Il s’agit de pouvoir expédier ou réexpedier un colis en le plaçant dans sa boite aux lettres (en ayant au préalable fait son étiquette d’expédition Colissimo sur le site Internet). Il faut une boite adaptée (mais aujourd’hui ce sont 75% des boites aux lettres, surtout en province qui le sont) et affranchir son colis en ligne avant 23h pour que ça soit pris en compte dès le lendemain matin.
  • S’inspirer de Uber Rush. Toujours pour montrer que La Poste fait partie des entreprises les plus innovantes en France (Les grandes entreprises et l’innovation : je t’aime moi non plus), Geopost annonce des réflexions avancées avec l’écosystème de nouveaux services de livraison que l’on appelle le « crowdshipping »-. Si Uber avec Uber Rush entend livrer des colis par ces chauffeurs, Geopost ne souhaite pas laisser passer cette tendance de livraison et devrait annoncer prochainement des avancées / partenariats dans ce domaine.

Et demain les drones, les voitures autonomes ?

Si la technologie a déjà profondément bouleversé La Poste (avec notamment l’équipement des facteurs d’un smartphone Facteo qui leur permet de programmer un jour préféré avec les Français pour la distribution de leur colis, pour ne citer qu’un exemple de la personnalisation des services désormais possible), demain les changements seront peut être encore plus profonds en lien avec les possibilités offertes par l’écosystème innovant.

Si on sait déjà que Geopost (filiale internationale de La Poste) mène des tests de livraison par drone (ainsi La Poste annonce qu’elle peut gérer aujourd’hui, dans le cadre de ses tests, des livraisons de colis de 3kg dans un rayon de 20 kms par rapport au point de départ du drone), La Poste aujourd’hui est la première entreprise en France a être passé à la voiture électrique avec précisément 6 278 véhicules aujourd’hui en service. Demain, ça sera 10 000 et La Poste ne se l’interdit pas des réflexions avec les constructeurs automobiles en France pour être la première entreprise à déployer la voiture autonome.

Bref vous l’avez compris : pendant que certains avancent dans leur transformation digitale, La Poste, elle, accélère !

2 commentaires pour La Poste : de la transformation à l’accélération digitale

  1. […] La Poste : de la transformation à l’accélération digitale http://t.co/m8HMmXairI via @cdeniaud #digital #LaPoste  […]

  2. […] Elles sont (trop) nombreuses les entreprises et les agences à n’avoir à la bouche que les expressions de « transformation digitale » et de « transformation nu…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *