Comment expliquer les bons résultats trimestiels de Snapchat ?

Publié le: 7 février 2018

Catégories: Médias sociaux

Mots clés: , , , ,

Hier soir pour nos Français, Snapchat a communiqué ses résultats trimestriels (Q4 2018) qui sont largement au dessus des attentes fixées. Résultat : +20% pour le cours de Bourse de Snapchat en quelques heures. Pourtant le trimestre précédent, c’est plutôt la soupe à la grimace du côté du petit fantôme. Les attentes fixées sur le dernier trimestre étaient donc raisonnables (253 millions de dollars de revenus prévus et 405 millions de dollars de pertes) et ont été largement dépassé par Snapchat.

Les chiffres clés de Snapchat à retenir

  • 187 millions d’utilisateurs actifs quotidien, soit +8.9 millions par rapport au trimestre précédent
  • 5;05% de croissance du nombre d’utilisateurs, contre 2,9% au 3ème trimestre 2017
  • $285.6 millions de revenus trimestriels (soit +$77.6 millions)
  • $1.53 de revenu moyen par utilisateur (soit +.36 cents)
  • $350 millions de pertes sur le 4ème trimestre 2017
  • Plus de 90% des revenus publicitaires viennent du programmatique
  • $100 millions de revenus générés par les partenaires contenus en 2017 (Discover)

Les lunettes commercialisées depuis 2016 ont plutôt été un flop par contre ne générant que 8 millions de dollars de revenus en 2017.

Snapchat double son chiffres d’affaire en 2017 

Certes, Snapchat ne pèse pas encore très lourd sur le marché publicitaire digitale face notamment à Google et Facebook qui domine… mais Snapchat a doublé son chiffres d’affaires grâce notamment à deux approches complémentaires. Si on remonte au début de Snapchat, on se rend compte de la véritable accélération de la croissance des revenus publicitaires :

  • 2017: $824.9 million
  • 2016: $404.5 million
  • 2015: $58.7 million
  • 2014: $3.1 million

Si on suit cette tendance, l’objectif est clairement de viser les 1,5 milliards de dollars de revenus en 2018. J’y reviendrai, mais la nouvelle interface promise par Evan Spiegel depuis plusieurs mois devra permettre d’accroître les revenus en valorisant notamment davantage les contenus médias, issus de partenariats (Melty en France par exemple).

En effet, la stratégie de monétisation de Snapchat a été depuis 2015, et le lancement de Discover, de s’appuyer sur les contenus média pour faire venir. Si dès le lancement, Snapchat, pour intéresser d’autres médias, avait valorisé quelques chiffres clés autour de cette nouvelle fonctionnalité (Cosmopolitan générait, chaque mois,  19 millions de vues alors que dans le même temps le site génère 20 millions de visiteurs uniques et 21% du trafic généré par Buzzfeed sur ces contenus le serait grâce à Snapchat).

Nouveautés Snapchat : nouvelle interface et partage des Stories en dehors de Snapchat

Dans les faits, on sait que la nouvelle interface promet de permettre de mieux s’y retrouver entre cette partie Discover et la partie Messagerie. Sauf que le lancement de la nouvelle interface se fait entendre et a été repoussé. Dans les faits, Snapchat dit prendre son temps pour proposer la meilleure interface possible à ses utilisateurs. Le sacro-saint argument de l’expérience utilisateur pour masquer que pour le moment les tests n’ont pas été trop concluants.

L’autre signe encourageant pour Snapchat est clairement le fait de ne pas baisser les armes face à Facebook (inclus Instagram) qui a essayé de copier toutes les bonnes recettes de Snapchat : lenses, stories… Snapchat veut même repasser à l’offensive en allant à son tour chasser sur le terrain de ses concurrents en annonçant la possibilité de pouvoir partager ses stories sur le Web  (Voici comment on intègre les Stories Snapchat sur un site Web).

Le partage de contenu en dehors de sa plateforme est une manière, pour Snapchat, de mettre en lumière les contenus qui y sont partagés. Comme Twitter, Facebook et Instagram précédemment, Snapchat permet enfin aux contenus d’être accessibles sur le web, permettant ainsi aux utilisateurs d’augmenter la visibilité de leurs snaps… et d’éviter de préférer le faire sur Facebook ou Instagram. C’est aussi et surtout un axe de développement stratégique pour Snap, qui va pouvoir montrer à ceux qui ne connaissent pas ou n’utilisent pas Snapchat l’intérêt de cette application. Snapchat vise donc désormais une cible plus large que les jeunes et sait que sa croissance proviendra de sa capacité à intéresser en dehors de ce coeur de cible historique… et infidèle bien souvent.

Je pourrai aussi vous parler de la volonté de Snapchat de se développer vers le e-commerce (Snap se lance dans le e-commerce) ou dans la réalité augmentée (Snapchat’s big bet on augmented reality seems to be paying off) mais j’aurai bien l’occasion de revenir sur ces avancées dans les prochaines semaines.

Pour ceux qui sont lâchés et qui auraient besoin d’une séance de rattrapage, voici quelques articles précédents :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *